Aurora Consurgens

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

Le titre Aurora Consurgens (que nous pouvons traduire par "Aube naissante") est tiré du Cantique des Cantiques.

Le style mystique et ésotérique de l’œuvre Aurora Consurgens lui a valu d'être étudiée par Carl Jung comme une manifestation du subconscient de saint Thomas d'Aquin, l'auteur à qui l'œuvre a été attribuée.

Notre manuscrit, une belle œuvre du sud-ouest de l'Allemagne du début du XVIe siècle, est déjà pleinement de la Renaissance au niveau de ses illustrations.

Tout au long de son histoire, l'alchimie a poursuivi deux objectifs fondamentaux : la transformation d'un métal de base en or et le rajeunissement ou l'immortalité.

La pratique consistant à transformer un métal en or est dénommée chrysopoeia, du grec chryson poiein, qui signifie littéralement “faire de l’or”. Avec la chrysopoeia, l'alchimie a un objectif médicinal, sa deuxième grande entreprise consiste à renforcer le corps, rajeunir et prolonger la vie. De plus, l'alchimiste ne pourra pas atteindre son but sans purifier son esprit, ce qui par extension implique un perfectionnement de l'âme comme condition fondamentale pour recevoir l'inspiration de la sagesse divine.

Original du XVe siècle conservé à la Bibliothèque d'État de Berlin.

Format de l’œuvre : 200 x 140 mm.

206 pages avec 30 miniatures à pleine page.

Gothique typiquement germanique en raison de sa couleur sombre.

Papier spécial en parchemin vieilli.

Collationné, plié et cousu main.

Reliure en cuir à bord.

Volume d’étude historique, artistique et paléographique.

Présenté dans un coffret élégant.

Tirage unique de 550 exemplaires, numérotés et authentifiés par acte notarié.