Béatus de Liébana "Navarra Codex"


Cette édition couronne une série de publications réalisées depuis des années d’après Le commentaire sur 11 Apocalypse, composé au VIIIe siècle, par Beatus de Liébana. La version de ce texte clé, réalisée en Navarre au XIIe siècle, sera l’apothéose qui met un point final à une entreprise ambitieuse : mettre à la portée du public, en général, et des spécialistes du livre ancien, en particulier, te dernier témoignage qui complète te corpus des manuscrits illustrés espagnols de cette œuvre.

Dans La bibliothèque de la cathédrale de Pampelune, il y avait, au XIIe siècle, un codex qui contenait le commentaire sur l’Apocalypse de Beatus de Liébana, comme te rapporte le jésuite,  P. José Moret, en 1665, dans son ouvrage «Investigaciones históricas de las antigüedades del Reyno de Navarra» (Recherches historiques sur les antiquités du Royaume de Navarre) (Pampelune, 1665).

Actuellement, ce “Beatus” a disparu de la bibliothèque du chapitre de la cathédrale navarraise. Il semble que le livre ait été soustrait de son rayonnage au milieu du XIXe siècle, et il pourrait très probablement être identifié comme étant celui qui se trouve à La Bibliothèque nationale de France, Nouv. acq. Lat. 1366, car l’écriture et les enluminures de ce dernier ont de toute évidence une origine espagnole; mais l’argument le plus convaincant de sa provenance navarraise, c’est un document collé à l’intérieur de la reliure, du roi Charles III de Navarre, adressé à l’évêque de Dax, Juan Bauses, et au prieur de Roncevaux, Miguel de Tavar, en 1389.

L’histoire immédiate du codex, c’est qu’il fut acheté en Espagne par un libraire de Lyon, ensuite, par un autre de Milan et finalement par un troisième de Paris, à qui l’a acheté la Bibliothèque national de France en 1879, comme l’explique L. Delisle dans « Les manuscrits de l’apocalypse de Beatus » en Mélanges de paléographie et de bibliographie, Paris, 1880.

Original (XIIe siècle) conservé à la Bibliothèque nationale de France

Format de l’œuvre : 345 x 235 mm

314 feuillets

63 fuies miniaturés

Texte sur deux colonnes et 36 lignes

Lettre caroline de transition gothique

Papier spécial en parchemin vieilli

Collationné, plié et cousu main

Reliure en peau sur ais de bois avec cabochons et 2 fermoirs sur la

tranche

Volume d’étude historique, artistique et paléographique

Présenté dans un élégant coffret

Tirage unique de 995 exemplaires, numérotés et authentifiés par acte notarié